Mémoire DNSEP 2015

« […] Ainsi, la projection bi-dimensionnelle d’un ou de plusieurs intervalles de temps, en simultané, m’intéresse. J’ai l’intuition d’une simultanéité spatio-temporelle puisqu’en une seule image, ou plus largement, dans un seul objet, se retrouve capté une multitude d’instantanés, le tout déployé dans l’espace.

Je m’interroge également sur les simultanéités spatio-temporelles présentes dans un ensemble d’objets. Ce sont différentes visions, différents points de vue d’un seul objet ou d’un même évènement, mais qui, mis côte-à-côte, produisent de l’espace. Ces vues sont comme des séquences, elles reconstituent de l’espace, ou bien encore, figent l’espace-temps pour s’y déplacer. L’évènement peut être vu en direct, saisi, ou capté par un appareil technique, comme une caméra, un appareil photographique.

Ces questionnements font suite au trouble que je ressens face à des objets qui réussissent à capter une durée, un intervalle de temps, une séquence donc, et qui la restituent dans son entièreté dans l’espace. D’où vient cette fascination pour un temps visualisé? Comment peut-on voir le temps? Je suis troublée car ces dispositifs produisent des objets que l’on peut qualifier de «spatio-temporel» et qui, naturellement, ne sont pas perçus par l’œil humain doté d’un sens de vision commun.

En effet, les limites de ce que l’œil humain ne perçoit pas de son environnement sont nombreuses. Notamment bien sûr, celles de voir dans le noir: l’œil humain n’est pas équipé comme les ani- maux nocturnes des qualités de vision qui lui permettent de voir dans l’obscurité ou du moins percevoir, comme les chauves-souris utilisant des ultrasons buttant sur les limites matérielles de l’espace qui les entoure. Mettons de côté ces évidences, également celle que l’œil humain ne perçoit qu’une infime partie des rayons du spectre lumineux, car ce dont il est plutôt question ici, c’est de la perception de l’œil humain et son rapport à la temporalité et à l’espace, pouvant être modifiée, voire améliorée, grâce à des dispositifs qui permettent de construire une image du temps à l’aide de représentations de l’espace.

Ainsi, qu’il s’agisse d’outils technologiques, d’images, de vidéos…, il est question à chaque fois de dispositifs, techniques ou graphiques, d’outils de compositions, permettant de représenter graphiquement du temps et de l’espace, et dont les productions, destinées à être vus et interprétés par l’œil humain, fascinent. En effet, ils améliorent l’expérience du spectateur, augmentent son outil de vision et sa perception du temps, par des objets qu’on pourrait qualifier de «spatio-temporels». Ils proposent une réponse adéquate à notre quête de vision absolue. Grâce à eux, l’être humain a la possibilité de voir une forme d’es- pace-temps global, dépassant ses capacités physiologiques.

Comment représenter plusieurs temps en un même espace et plusieurs espace en même temps? Comment ces dispositifs, à travers la production d’objets perceptibles, peuvent-ils créer de l’espace-temps?« 

memoire_cecilejaillard2

memoire_cecilejaillard3

memoire_cecilejaillard4

memoire_cecilejaillard5

memoire_cecilejaillard6

memoire_cecilejaillard7